• nathanomorin

Twin Dragon Encounter


On a diffusé ce film en 2009 au Brouhaha. Voici le texte de présentation.

Michael et Martin McNamara ont 4 ans lorsque leur père arrive au Canada. Si j’en crois ce que Michael m’a dit, leur exil fût forcé par des raisons politico-militaires; leur père étant une des tête importante de l’IRA et les années d’après guerre difficiles pour les terroristes, le Canada devenait une terre d’accueil logique. Il n’a pas voulu trop s’étendre sur les activités de son père, je sais cependant que les lances roquettes et les mitraillettes utilisées dans leurs films avaient été obtenues de manière illégale. Ils durent d’ailleurs retarder la sortie du film de ce soir de plusieurs mois, attendant le permis d’utilisation d’armes lourdes qui leur donnerait le droit d’utiliser légalement dans leurs films toutes les armes qu’ils avaient déjà utilisées dans leurs films. Mais, qui sont les Twins Dragons? Pourquoi les Twins Dragons font des films? Qui sont les alliés des Twins Dragons? Pourquoi gardent-ils leurs vrais noms pour jouer les personnages de leurs films? Sont-ce des documentaires? McCain, qu’est-ce que t’as fait à mes frites? Les Twins sont petits, 5’4 – 5’5. Trop petits pour jouer au hockey, ils commencèrent de leçon de karaté dans les années 60. Portés par leurs succès en tournoi, ils ouvrirent le premier de leur Twin Dragon Gym quelque part vers la fin des années 70, ce qui crystalisa leur réputation dans la région de la ville reine. Comme ce sont les fils de leur père, ils passèrent beaucoup de temps à leur chalet familial, situé sur l’île que leur père à jadis acheté sur la Baie Georgienne. Assez spéciale cette Baie Georgienne…l’eau y est basse, plus pure qu’à beaucoup d’autres endroit et l’île de Manitoulin au nord de la Baie est la plus grande île en eaux douces au monde. Et, pour les fans de Richard Glen, la Baie Georgienne est considérée comme faisant partie du programme de la Réserve de la Biosphère de l’UNESCO, ou Biosphère Planétaire Terrestre comme le dit le moustachu, tout comme le mont St-Hilaire et le Devil’s Tower au Wyoming. Anyway, c’est sur le littoral de cette Baie que les Twins ont développés leurs habiletés à la chasse, au camping et à la vie sauvage. Et si vous avez vu un de leurs films, vous comprenez l’importance qu’a la nature dans le monde des McNamara. Donc, en 1985, ils ont des armes, ils ont un chalet, ils ont une île, ils ont des élèves capables de prendre et recevoir des coups, ils ont des pitounes à faire kidnapper, ils ont de l’argent en masse grâce au succès des Twins Dragons Gyms…que leur manquait-il pour faire un film? Une idée…mais ils n’allaient pas se laisser arrêter par ce détail! C’est ainsi que l’on retrouve les Twins qui décident de passer un voyage au chalet d’une manière originale : tourner un long métrage. Ils ont amenés leurs armes, leurs élèves, leurs pitounes à kidnapper et ont laissés le spectre onnis de l’innovation chez eux pour garder le chat. On va voir ce soir le film tourné durant l’été 1986. Twins Dragons Hunt, le deuxième volet, fût tourné l’été d’ensuite. Quant à McCain, je l’ai sous bonne garde et on est en train de le passer au questionnement sévère jusqu’à ce qu’il craque et nous confesse ce qu’il a réellement fait à nos frites. Quant au film lui-même, Twins Dragon Encounter est le prélude logique de Twins Dragons Hunt, un des rares -9 que nous avons trouvé. Moins étoffé, plus sobre et plus court, à peine 70 minutes, Encounter ne fût pas distribué assez pour justifier une version française. On va quand même avoir droit à des ralentis très lents, à des dialogues spéciaux et très peu naturels, à des combats trop courts contre des gars pas assez bons et, pour la première fois à l’écran, Jake le méchant blondinet aux motivations tout aussi floues que son passé et son avenir. On va voir les Twins Dragons bûcher du bois, planter leur tente, parler à un ours, se battre à chaque arrêts durant leur voyage et j’en passe… Note spéciale : respectez la trame sonore également…Le nom de l’auteur-compositeur-interprète c’est Billy Butt; je paies en or brut et solide quiconque m’amènes quoi que ce soit ayant un lien avec Billy Butt, que je sais de race canadienne et domicilié à Toronto v’là 25 ans… À un titre plus personnel parce que la Cause a de plus en plus de visages et que ce que l’on fait ici ce soir sera un jour au programme des écoles de la société du futur… C’est en allant parler à Michael McNamara que j’ai définitivement fait la scission entre la personne et son œuvre. Une personne est là, devant toi. Elle peut reprendre son propos, évoluer et s’excuser. Une œuvre n’est rien de tout cela… Et si l’œuvre des Twins Dragons pouvait s’excuser…je suis sûr qu’elle préfèrerait nous casser tous la gueule. N’oubliez pas d’aller voter, les votes seront dorénavant compilés le samedi au soir. Vous avez également accès à notre fabuleuse boîte à suggestion, n’hésitez pas à vous en servir pour entrer en contact avec nous, y déposer un film ou des clips, des chansons ou des articles ou des suggestions ou des jokes…Pas de gommes roulées dans une vieille facture s’il vous plait. Sans plus tarder… Mesdames messieurs, la porte d’entrée vers ce qui s’est fait de pire en matière de cinéma canadien-anglais : Twins Dragon Encounter de 1986…je dis -7


Moins 7,34

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout