• nathanomorin

Turkish StarWars 1; Dunyayi Kurtaram Adam; Man who saved the World, The


On a diffusé ce film au Brouhaha en 2009. À l'époque, on n'avait même pas de sous-titres. La salle de 60 personnes est restée pleine d'un bout à l'autre et il y avait une table de gens de 50 ans passées. C'était magique.

Classique du genre turc et de la marde en générale. Dès la première minute, faite de séquences intégralement pompées de Star Wars, a l'apothéose finale de guerre entre les humains et les toutous. Tout y est construit pour égayer l’amateur de douteux. La trame sonore, en passant par tous les effets spéciaux BS du registre et encore, les monstres en papier de toilette et l’épée de planche, la scene d'entrainement ou l'on botte des rochers gros comme des maisons et ou on abuse de trampolines a souhait, tout est parfait. Juste pour donner une idée, la présence des soustitres ne rendent même pas l’ensemble original turc plus infect tellement le film est "fort" visuellement. Troublant. Dünyayı Kurtaran Adam (The Man Who Saves the World) Turkish Star Wars – Star Wars Turc Le film de ce soir est un véritable monstre à la Frankenstein, créature montée à partir de pleins de bouts d’autres êtres qui ne savent même pas qu’ils font parti d’un tout démoniaque. Un amateur sérieux de cinéma prendra quelques secondes de son temps pour reconnaître des séquences pompées directement de StarWars, de Battlestar Gallactica, de Star Treck et du Trou Noir de Disney. L’hypothétique cinéphile perspicace reconnaîtra également des extraits des trames sonores de Indiana Jones, Moonracker, Ben Hur, Flash Gordon, Battlestar Gallactica, Planet of the Apes, Silent Running et le Trou Noir. À la lumière de ces faits, j’ose prétendre que cet inexistantmateur de cinéma perdra son temps imaginaire s’il s’attaque au Star Wars turc en priorisant cet angle de dénigrement. Oui, c’est un choix très douteux que de sortir des séquences d’un autre film; mais ces instants sont les seuls de relative qualité que l’écoute de Star Wars Turc pourra laisser dans votre mémoire. Aussi, ce critique de cinéma dont on ne parlera désormais qu’au passé, devrait plutôt garder toutes ses énergies pour les bouts originaux, filmés exclusivement par et pour les turcs. Souffrance pure! En tout et pour tout, l’ensemble s’est déjà mérité la 7ieme place au palmarès d’IMDB dans le top -100, les choses ont changé depuis que les douteulogues de partout ont eu leur mot à dire. Comme on ne peut noter dans les négatifs, le film rode maintenant autour de la note de 5. Et, Cuneyt Arkin, son espace entre les dents, il leur en reste de la place? Oui, ne vous inquiétez pas, c’est un long métrage. 90 minutes de cinéma excellent qui dépeint les aventures que vivront une craque entre les dents et son propriétaire sur une planète désertique peuplée de figurants influençables et de monstres recyclables. Le Héros: (Je dis héros au singulier car, dans les films turcs, du moins ceux qui intéressent douteux.org, le héros est toujours, immanquablement, sans l’ombre d’un doute, ce qui en créer d’autres après : Cuneyt Arkin. Dans la cosmogonie terrestre, Cuneyt Arkin est né le 7 septembre 1937 à Eskisehir en Turquie. Eskisehir ça veut dire Vieille Ville, c’est une municipalité du Nord-Ouest de la Turquie créée vers 1000 avant Jésus par les Phrygiens. Dans cette même cosmogonie terrestre, Cuneyt Arkin est le gars qui s’est mis pote avec le gars qui faisait des films et qui connaissait le seul producteur de cinéma que l’état n’avait pas …disons rééduqué. Dans la cosmogonie des valeurs vraies; des pures valeurs, Cuneyt Arkin est un demi Dieu associé au concept de morts en quantité, un avatar vengeur quasi invincible qui détient le pouvoir du trampoline, parce que trampoline c’est masculin mais on va faire comme pas à partir du point, point. Dans tous ses films Cuneyt a le pouvoir de la trampoline, le film de ce soir est unique en ce sens que Cuneyt débute le film sans le pouvoir de la trampoline, subit un montage d’entraînement sur le thème d’Indiana Jones et, ensuite, a le pouvoir de la trampoline. Pouvoir qu’il va subséquemment traîner toute sa carrière. Mais attention! Le véritable avatar de la mort qu’est Cuneyt Arkin ne se reconnaît qu’à la présence de sa craque entre les dents! Pas de craque entre les dents : pas de confirmation de Cuneyt. Cuneyt Arkin, souvent imité; jamais édenté!) devra trouver l’épée en Plywood et le cerveau de mouton peint en doré, se faire la seule femme de la planète pour finalement sauver tout le monde des griffes d’un méchant sorcier immortel. Du jamais vu!


Moins 9,1

Posts récents

Voir tout