• nathanomorin

RoboFlash Warrior


On avait diffusé ce film en 2011, avec l'accord du réalisateur qui nous avait contacté...


Julien Richard-Thomson (ou "Richard J.Thomson", pseudonyme qu'il utilise depuis les années 90) est un jeune réalisateur français au parcours atypique, spécialisé dans le genre fantastique. A l’âge de neuf ans, Richard J. Thomson tourne son premier court-métrage en Super 8, Santorama, un film de fantômes. Il tournera une quarantaine de films en Super 8 et 16mm durant son adolescence, comme beaucoup d’entre nous ont fait avec la caméra des parents… A l’issue de ses études, il décide de faire ses preuves en réalisant et produisant des longs métrages à tout petit budget, parrainés par la revue de cinéma Mad Movies. Entouré de quelques passionnés de cinéma de genre, il tourne plusieurs films parodiques, abordant tous les genres qu’il affectionne : le film de vampires (Night of Vampyrmania, 1993), extraterrestres (Attack of Serial Killers from Outer Space, 1994), robot tueur (Roboflash Warrior, 1995), machine à remonter le temps (Time Demon, 1996 ) etc. Les films connaissent une exploitation vidéo mais pas de sorties cinéma. Ainsi il est l’un des premiers cinéastes à avoir tourné des films DTV (Direct to Video) en France. Il se taille une réputation de réalisateur doué mais marginal, le film de genre étant très mal perçu par les professionnels français surtout dans les années 90. Certains le comparent à Ed Wood pour sa soif de tourner sans argent. En effet il ne craint pas de se démarquer, ainsi il est le premier réalisateur français à confier des rôles à des pornostars. Dans les années 2000 Richard J. Thomson écrit de nombreux scénarios, dans différents registres : thriller, horreur, comédie déjantée… mais aucun ne parvient à trouver de financement suffisant. Le jeune réalisateur est repéré par des agences de publicité et tourne des programmes pour internet, parce qu’en cinéma, personne ne veut le financer. Dès 2000, il réalise la première série interactive pour une web-TV, Monsters Games En 2008 il réalise une série quotidienne sur les routes du Tour de France cycliste, diffusée sur le site du Tour. Quelques années plus tard il fonde une société de production, Jaguarundi, ainsi qu’une agence de presse. Il signe quelques reportages pour des émissions de télévision, ainsi qu’un documentaire sur les coulisses d’une campagne électorale pas comme les autres : celle de la strip-teaseuse Cindy Lee, fondatrice du Parti de Plaisir (Votez Cindy, comédie politique en trois actes, 2003). En 2009, il revient à la réalisation de longs métrages avec Bloody Flowers, toujours inédit, dans lequel Amanda Lear campe une styliste sadique et effrayante. En 2010, il produit une parodie du film espagnol Rec, intitulée Eject. Il regroupe également plusieurs de ses courts métrages en un film à sketches hommage à Creepshow, A very very sexy snuff movie. Depuis, il se bat corps et âme pour financer des films sans queue ni tête, et ça ne fonctionne pas. Il va jusqu’à renier ses premiers courts et longs métrages, tentant de les éliminer à tout jamais, priant pour qu’on oublie ses début amateurs… mais Douteux.org a plus d’un tour dans son sac !!!


Moins 6,7

© 2020 h2owebmedia.com