• nathanomorin

Road House / Bar Routier


Oh oui qu'on a diffusé ce film. Deux fois en plus. Voici le texte de présentation de la première diffusion, circa 2011.

Dalton, c'est 4 mentons cachés derrière des bandeaux portés en ordre croissant de hauteur. Oui, dans le monde peuplé de fées et de licornes, c'est bien ça. Ce sont 4 bandits du far west qui n'ont jamais rien réussis de toute leur vie sociale et qui s'associent immanquablement aux erreurs des uns et des autres. MAIS, dans le monde de ceux qui ne prennent même pas la peine de viser la bolle et qui refroidisse leur bière à l'aide de leur attitude cool, Dalton c'est le rôle le plus en bédaine de Patrick Swayze. Appelé en renfort par la ville dans le but de faire le ménage d'un établissement immunisé à toutes tentative de description, Dalton va savamment calicer des volées aux méchants en ordre croissant de 'c'est personnel': sous-fifres - bodyguard particulier - fils - boss des méchants. Si vous êtes du genre à savourer les concepts et les dialogues, vous serez comblés. Si vous préférez les tappes et les explosions, vous serez surpris, surtout à la fin. Bar Routier Patrick Swayze était le fils à sa mère. Comme tout le monde sauf que lui, sa mère, Patsy, était une professeur de danse classique de renommée nationnale. Ce qui explique pourquoi Patrick va jouer le rôle d’un bouncer haut de gamme dans un western moderne dépourvu de queue et de tête. De toutes les entités intéressantes du film en question, le Bar lui-même est celle qui retient le plus mon attention. Comment un tel endroit peut-il exister? On devine une centaine de places tout au plus et à chacune des séquences, y’a quelqu’un qui casse quelque chose ou qu’une femme qui se promiscuise gratuitement…Pour ma part, ce genre de débit d’alcool à la Fight Club western…bin…ça n’existe pas… Ce genre d’endroit tout le temps plein dont le cadre de porte divise en deux le quotient intellectuel de tous ceux qui y vont, ça n’existe pas. Comme c’est un film dans la plus pure tradition WASP (White Anglo-Saxon Protestant), je terminerai mon court exposé sur le film en notant deux des plus beaux archétypes que le Mécano du cinéma américain aura pût nous fournir. 1 - La Babe : Un vrai héros américain n’a pas de place pour la tendresse dans ses paroles ou ses décisions. Ce n’est qu’au travers de la babe qu’il devient un être réellement humain, habité des mêmes besoins et envies que nous. Dans Bar Routier, vous remarquerez comment la docteur trop babe va lire le CV de Dalton en se mordillant la babine. Sentant qu’elle aime les chevelus virils, Dalton l’invite à boire un café dans son bar tout le temps loadé où tout le monde se tabasse et, presto! Voilà, une babe catapultée synonyme de respects des traditions cinématographiques. 2 – l’autoritaire : Dans le cinéma américain, le héros est plus fort que la loi, plus fort que tout. Il n’y a qu’une seule entité capable de lui en montrer. Le rôle de l’autoritaire est immanquablement lié à celui du père. En conséquent, il sera souvent joué par un personnage masculin âgé…Ce soir, la relation bizarre qu’a Dalton avec son autoritaire Wade Garrett sera des plus éloquente pour comprendre cet archétype très puissant et récurent du cinéma hollywoodien. Un dernier petit bravo pour le gros de service qui va mourir sous l’ours polaire…


Moins 7,2

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout