• nathanomorin

Ninja Commando / Ninja’s Force


Un autre film de ninja diffusé au Brouhaha jadis. Et en voici la présentation!

Un autre de ces fantômes du passé qui n'attendais que le V-N pour se remanifester. Du ninja, du vrai. Ici, Kenji, le très constipé, va venir en aide à Mike Monty dans une sombre affaire d'assassin hors cadre. Comme le ninja est force du bien et qu'il doit maintenir l'équilibre naturel de la force du destin, Kenji va tuer plein de gens. Vraiment, un film mémorable qui, s'il ne joue pas ce lundi, reviendra, tel un fantôme du passé, vous hanter un de ces 4. Même chose si vous l'écoutez maintenant, alors aussi bien passer au travers de suite, comme un vaccin contre ce que vous voulez. Le film de ce soir se nomme Ninja Commando. Film philippin de 1984, c’est bel et bien la version française de Ninja’s Force et non pas, comme on aurait pu le penser, la version française de Ninja Commando. La version française de Ninja Commando se nomme plutôt Ninja dans la Tanière du Dragon. Le Ninja Commando de ce soir n’est pas non plus la version française de Ninja Force mais bien la version française de Ninja’s Force. La version française de Ninja Force se nomme plutôt Super Ninja. Je dis ça pour enlever tout doute ou soupçon quant au film étudié ce soir : c’est bel et bien le film de 7 ans après Star Wars qui nous provient des Philippines et qui est signé Teddy Page : Ninja Commando, la version française de Ninja’s Force. Toutes ces informations sont factuelles et vérifiables en date du 25 mai 2010, Fête du Jambon. Et c’est le plus beau dans ce domaine que l’on étudie chaque lundi le questionnement; le doute. Ici, à la simple étude du pedigree du film le doute nait. Tout puissant, le doute vit en même temps que l’œuvre; le doute est inhérent à l’œuvre, l’œuvre n’existe pas sans doute…C’est ça Teddy Page. On est tous convaincus et on n’a même pas pesé play. C’est du Teddy Page. Et, encore une fois, on peut le dire sans souffrir d’inégalité : chez Douteux.org, on considère Teddy Page comme le plus douteux de tous les réalisateurs. Le Ed Wood des Ed Woods. Comme à son habitude, Teddy s’est entouré de ses plus vaillants soldats : Mike Monty et Jim Gaines. J’ai déjà élaboré sur Jim Gaines; je me gare le fabuleux Mike Monty pour une autre fois. Je me permettrai de vous signaler leurs présences bénies qui, telle des auras d’archanges plutôt spéciaux viendra illuminer votre soirée. Quant à l’histoire : le gentil ninja va sauver le monde du méchant ninja. Oh, et si vous vous demandez d’où provient la toune que vous avez la ferme impression de connaître; c’est une chanson tirée de la trame sonore du film Antartica, du stock de Vangelis, alors la qualité unique du son spectral de Vangelis cadre totalement avec le propos de notre bien aimé spectre Teddy Page.


Moins 8,02

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout