top of page
  • Photo du rédacteurTommy Gaudet

Mercronspi 154 - Sceauce, 2023-09-13 - COMPENDIUM

Dernière mise à jour : 15 sept. 2023



=============================================

COMPENDIUM de la semaine


Mercronspi 154 - Sceauce, 2023-09-13, COMPENDIUM


Merci à… Co-pilote de Suburban : Marie-Eve Ouimette et Luce Bannière Mercronspi: Martin Gaudet Bannière Addendum: Rémi ‘Cosmos Jester’ Perron Collaborateurs Addendum: Sébastien Bilodeau

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Mercronspi 154 -, MISES EN BOUCHES, 2023-09-13

Mercronspi 154 - Editorial Sartre à la banane avec Marie-Eve Ouimette, 2023-09-13

Mercronspi 154, Addendum - Réponse posée à Annie-Eve Collin et plus, 2023-09-14

Mercronspi 154, Addendum - Sébastien Bilodeau répond posément à Annie-Eve Collin, 2023-09-14


Article du blog consacré à la situation avec Annie-Eve Collin: https://www.tommygaudet.com/post/réponse-posée-à-annie-eve-collin-avec-sébastien-bilodeau


Compendium avec l'éditorial écrit, la bibliographie et tous liens de la semaine:


-=-=-=-=-=-=-=-=-=- Le Mercronspi c’est une étude de l’évolution de la complosphère locale et internationale. LE BUT N’EST PAS DE RIRE, MAIS ÇA ARRIVE QU’ON RIT. Chaque mercredi à 19h, live sur www.twitch.tv/douteuxtv1 ou en archives pour les patrons du Crachoir ou de Douteux.org (https://www.patreon.com/douteux_org OU https://www.patreon.com/crachoir ) #rigueur #mercronspi #realitay


Archives du Mercronspi et de Douteux copyrightées…: https://odysee.com/@Douteux:0

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Tous les liens affiliés à l’organisme Douteux.org: https://linktr.ee/douteuxorg


=============================================

Liens de la semaine



Une bonne droite, site de droite qui parle de droite à du monde de droite: https://www.unebonnedroite.fr/





============================================

Éditorial hebdomadaire de Tommy


Suite à la libération des juifs des camps de concentration, en 1945, plusieurs habitations occupées par des gens plus ‘collabos’ durent être retournées à leurs occupants légitimes qui revenaient de l’enfer. C’est dans ce climat social que Jean-Paul Sartre a écrit Réflexion sur la question juive, un des livres les plus formateurs de ma carrière d’animateur du Mercronspi. C’est Jason qui m’avait mis la puce à l’oreille en extirpant l’extrait que je vais vous lire bientôt, et qui est depuis au centre de ma réflexion sur la radicalisation et les dérives. Vous allez l’entendre, après cette phrase, Sartre parle d’antisémite, mais je crois que la réflexion s’applique à toutes formes de radicalisation.


‘ Ne croyez pas que les antisémites se méprennent tout à fait sur l'absurdité de ces réponses. Ils savent que leurs discours sont légers, contestables ; mais ils s'en amusent, c'est leur adversaire qui a le devoir d'user sérieusement des mots puisqu'il croit aux mots ; eux, ils ont le droit de jouer. Ils aiment même à jouer avec le discours car, en donnant des raisons bouffonnes, ils jettent le discrédit sur le sérieux de leur interlocuteur ; ils sont de mauvaise foi avec délices, car il s'agit pour eux, non pas de persuader par de bons arguments, mais d'intimider ou de désorienter. ’


Moi, je comprends cet extrait ainsi: l’humour est une voie vers la radicalisation qui existe depuis que l’humain existe. Ce n'est pas tous les humours qui mène à la radicalisation, plutôt que l’humour est la meilleure manière de tester les limites morales d’une société donnée tout en obtenant de l’attention positive.


Cette image c’est le cover de You Are Here Now, un excellent livre sur la montée de la radicalisation en ligne qui traite justement beaucoup de comment l’humour est le premier vecteur de la radicalisation; que les LOLs innocents ont des répercussions sur le long terme. Je vous le recommande en tabarnac, ça m’a solidement brassé et remis en pleine face plusieurs comportements que j'avais dans les débuts de Douteux. Ça fait quand même plus de 20 ans que je fouille le Web en tentant de trouver le plus unique. QUe je suis le gourou d’une communauté de plusieurs milliers d’individus… Notre groupe fermé de Douteux, démarré en 2008, arrive à 20 000 membres. Tsé, à mon humble manière, j’ai participé à faire du Net québécois ce qu’il est aujourd’hui et je ne me sens pas hypocrite de donner quelques conseils aux plus récents, tout en assumant mes gaffes du passé…


On était si jeunes et si fous…


Donner des conseils de gourou. C’est ce que je fais présentement à Roxanne et tous ses émules. D’ailleurs, on va écouter un clip de la dame. De mémoire, c’est la première fois que Roxanne était sincère devant une caméra dans une de ses créations.


Vous le savez, son oeuvre en entier me provoque un malaise que j’ai de la difficulté à mettre en mots. En laissant l'entièreté de la place à l’esprit de bottine démesuré qui lui sert de muse, ses attaques incessantes sur les institutions ou sur des consensus qu’elle ne comprend pas, sont faites non pas d’un angle de critique utile, mais en dévaluant systématiquement toute l’expertise associée à ce domaine. On a qu’à se rappeler ses très moches clips dans lesquels elle riait de Mathieu Nadeau-Vallée et de ses conclusions. Mathieu Nadeau-Vallée est un expert de réputation internationale dans son domaine, une espèce de Sidney Crosby de la science médicale. Roxanne est une pseudo humoriste qui a trouvé un filon. Par la magie de l’esprit de bottine, elle a transformé en attention pour elle-même l’expertise de Mathieu, qui offrait à l’époque un service communautaire inestimable en partageant des faits sur la vaccination et la science dans une bassine de diarrhée nommée Tiktok.


Est-ce que Roxanne avait le droit de rire de Mathieu? Bien entendu, c’est pas ce que je mets en relief ici. Ce que je mets en relief c’est le fait que l’humour de Roxanne est politisé à 100%. Que tous ses clips ont la volonté admise de passer un message équivalent au contraire de ce qu’elle dit et que les rares fois qu’elle est sincère, c’est pour confirmer le malaise initial que j’avais de la difficulté à mettre en mots au début de mon texte: elle use de l’humour de la plus pleutre des façons, pour pouvoir cacher ses opinions et idées derrières des phrases qui s’effondrent d’elles mêmes. Elle se garde la porte de ‘bin c’était des jokes’ ouverte, et elle peut s’y sauver quand elle veut.


‘On n’est pas climato-sceptiques, mais on trouve que vous exagérez et que vos solutions sont épaisses.’


Aucun climatosceptique ever ne pense pas les deux derniers bouts. Tous les climatosceptiques sont tout à fait d’accord avec les deux derniers bouts, soit que le consensus scientifique de plus de 99% des chercheurs spécialistes affirmant que l'activité humaine affecte le climat de manière dangereuse est - AU MINIMUM - exagérée. Tous les climatosceptiques - AU MINIMUM - mettent en doute les actions des trop rares gouvernements qui agissent. Elle a droit à son opinion, mais faut assumer que son opinion est à 100% dans le ressenti, que son opinion va à l’encontre de plusieurs consensus, du moins le bout qu’on exagère les conclusions, que les mesures soient de la marde je suis open à débattre. Tsé, moi je trouve pas que l’on en fait assez pour contrer les changements climatiques...


Roxanne le dit, elle n’est pas climatosceptique, c’est une citoyenne avec une opinion citoyenne qui passe son opinion basée sur ses ressentis, pis ça adonne que c’est résolument climatosceptiques. Son intention n’était pas climatosceptique, pis en plus c’est de l’humour! Elle a aussi affirmé ne pas être transphobe quand je l’ai confronté à son clip du chien qui s’identifie comme de la vaisselle. Encore une fois, le propos est exactement celui des transphobes, mais Roxanne fait de l’humour, elle peut donc affirmer, malgré que ses clips scorent fort avec les transphobes, qu’elle n'est pas transphobe, tout en faisant des clips à forte tendance…trans-résistant…mettons.


C’est vraiment une tendance ces temps-ci. Dénit - victimite - on r’commence.


Pis Carl Giroux qui dit ‘on n’est pas transphobe’ au micro en public, pis qui répond ‘ouin’ à un gars qui lui dit en catimini ‘je leur arracherais toutes la tête’. Pis Annie-Eve Collin qui dit ne pas être transphobe, mais qui enlève le droit à l’identité à des millions de personnes, choisissant de facto de faire passer ses émotions et son ressenti devant, oui la science, mais aussi les ressentis et émotions de millions de personnes.


Pis le sénateur aux states qui voulait que la journaliste arrête de dire que les suprémacistes blancs étaient racistes; c’est pas pareil dans sa définition à lui qu’il a répondu…


Pis Sam Grenier qui vilipende Isabelle Hachey suite à son article pourtant plutôt tiède à l’endroit de sa cossin de conférence climatosceptique d’en fin de semaine; lui qui traite tous les journalistes de vendus corrompus à la solde du pouvoir depuis 3 ans se fait critiquer et traiter de négationniste du climat - chose qu’il a avoué lui-même, mais tsé, c’est Isabelle la méchante…


Sartre l’a écrit: c’est nous qui avons la charge de faire respecter le sens des mots, les antisémites et autres dérivés de désinforméEs prosélytes ont simplement pour mission de faire des clics, de l’influence et de l’argent en testant l’élasticité du tissu social.


-=-=-=-


Roxanne a un talent certain en matière de montage, de prise de son et de cadrage, en acting c’est toujours le même personnage donc on repassera; mais le vrai problème selon moi qui la suit depuis ses touts premiers clips, c’est que sa muse, soit l’esprit de bottine, l’a menée à Radio X, Rebel News, Libre-Media pis toutes les autres organes résolument saucés du web avant n’importe où ailleurs.


Avec ses clips de bananes sur la tête pour critiquer le masque - une des pires analogies ever, elle débute sa carrière déjà peinturée dans le coin.


On va découvrir maintenant le premier épisode de sa nouvelle série, titrée esprit de bottinement: Visite à l’Asile, l’asile étant le monde dans lequel elle vit.


On va lui donner sa chance. On va rester poli, on va écouter vu que ça va être notre première fois et la jeune femme créatrice va peut-être réussir à sortir du piège dans lequel elle s’enlise sans s’en rendre compte. Go Roxanne, t’es capable!

=============================================

Au menu cette semaine…


On va célébrer quelque peu les 22 ans du 9-11, jaser vaccin et voir où la sauce en est. Ensuite c’est un bloc Duhaime qui implique plus que son parti, Alexis, puis beaucoup d’Anal Information qui doit maintenant faire face à la musique: elle s’est mit PLEIN de mond eà dos avec sa sortie anti-Trump, c’est sérieusement laid ce que les gens lui répondent, mais elle réussit quand même à finir en mettant de l’avant un propos toxique. C’était la conférence de Sam Grenier, Radio X a encore une grosse semaine.


Le congrès conservateur à Québec aura été le plus gros dossier de la semaine, on va y suivre Jéromounet et Alexa, des news de Tayos et de Didulosylvanie, Aruna Kun est en phase de consolidation après l,article du journal mettant au jour ses menteries de charlatan Ahoum-Papoum. Ensuite les States, Trump, Musk, un bon bloc LMM et on termine en Ciné-Conspi avec un montage Helga d’un récent Alexis…


=====================================================


Réponse posée à Annie-Eve Collin, avec Sébastien Bilodeau



Tout ça a débuté début aout. J’ai diffusé en addendum un montage Helga mettant en vedette Annie-Eve Collin, enseignante en philosophie disons, très vocale sur la question de l’identité trans.


Mercronspi 150, extrait - Annie-Eve Collin est une TERF, 2023-08-17


J’ai eu des conclusions dans ce clip qui auront hérissées les oreilles de la dame et de son crew, ce qui l’a menée à m’inviter à discuter. Elle n’a jamais mentionné ‘débattre’. Elle voulait m’expliquer le paradoxe de la tolérance et répondre à la question de mon collègue en addendum, un peu prisonnier de la situation, à savoir: comment les femmes trans peuvent-elles être une menace pour elle. Pour en savoir plus sur ces conclusions, consulter cet éditorial le 23 aout dernier (Mercronspi 151 - Editorial Beef en ligne avec Jean-François et Mélanie, 2023-08-23 https://youtu.be/EkQiAo95tyk)


J’ai refusé l’invitation à me faire expliquer le paradoxe de la tolérance et à discuter de la question trans surtout parce que je n’avais pas à rajouter du bruit dans cette cacophonie. Je reproche d’ailleurs à Annie-Eve de participer à cette cacophonie en transformant ses opinions en faits; j’irai pas faire pareil.


Petite note personnelle, je suis très heureux que Drainville ait aujourd’hui annoncé une espèce de colloque scientifique plutôt qu’un débat public sur la question des personnes trans et de leur inclusion à LEUR société.


En sommes: je ne suis pas trans, je ne suis pas un expert, j’avais rien à aller débattre sinon que de tenter de faire comprendre à Annie-Eve qu’elle devrait écouter des experts du domaine ou des personnes ayant eu à assumer de vivre ce qu’elle leur refuse de vivre.


Plusieurs personnes m’ont traité d’hypocrite ou de pas de couilles. Faut ce qui faut! Mais le but de tout ça c’est pas que moi j’aille l’air fou ou que Annie-Eve est l’air nounoune; le but c’est que le débat de société soit basé sur des faits pis de la science.


Je le dis souvent: ma plus grande qualité c’est d’être bien entouré. J’ai donc fait appel à mes connaissances et Sébastien Bilodeau a manifesté son envie d’embarquer dans cette discussion pour des raisons que je vais le laisser développer. On s’est mis d’accord d’une manière de faire, et nous y voici.


On va donc écouter l’entrevue enregistrée il y a quelques semaines entre Samuel Rasmussen et Annie-Eve Collin.



Comme Annie-Eve et son public ont mentionné que c’était cacophonique quand on parlait par dessus et pour maximiser le passage du message, on va rester sobres et polis, peser pause à des moments choisis par notre invité et répondre aux propos de madame.


Prière de rester civil dans les commentaires et de laisser à chaque être humain de la latitude pour digérer le fait que la transidentité existe et que l’intersexualité ça n’est pas une invention de la gauche radicale.


Une très solide bibliographie sera également mise à disposition dans la description du clip.


Merci de votre attention.


==============================================


BIBLIOGRAPHIE ADDENDUM – 14 septembre 2023


FORMATIONS GRATUITES SUR LES RÉALITÉS DES PERSONNES TRANS AFIN DE DÉVELOPPER DAVANTAGE D’EMPATHIE À LEUR ÉGARD :


Nous suggérons fortement à Annie-Ève Collin d’écouter ces deux formations gratuites qui illustrent les enjeux vécus par les personnes trans de l’intérieur. La deuxième formation s’adresse davantage aux intervenantes et intervenants, mais elle est aussi utile pour développer des interactions plus positives et constructives avec la communauté trans et non binaire.


Elle pourrait être agréablement surprise par le côté concret des deux formations :




BIBLIOGRAPHIE COMPLÉMENTAIRE POUR EN SAVOIR PLUS


Baril, A. (2007). De la construction du genre à la construction du « sexe » : les thèses féministes postmodernes dans l’œuvre de Judith Butler, Les féminismes, 20 (2).


de Beauvoir, S. (1949). Le deuxième sexe, les faits et les mythes, tome I. Paris, France : Gallimard


de Beauvoir, S. (1949). Le deuxième sexe, l’expérience vécue II.Paris, France : Gallimard


Blais, M. , Fortin-Pellerin, L., Lampron, È.-M. et Pagé, G. (2007). Pour éviter de se noyer dans

la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical. Recherches

féministes, 20(2), 141-162.


Bouré, J-S. (2017). TRANSition. Évolution du mouvement trans et de ses revendications.

Candiac, QC : Marcel Broquet - La Nouvelle Édition


Butler, J. (2005). Trouble dans le genre, pour un féminisme de la subversion. Paris, France : La

Découverte.


Chetcuti, N. (2009). De « On ne naît pas femme » à « On n’est pas femme ». De Simone de

Beauvoir à Monique Wittig, Genre, sexualité & société. Printemps 2009.


Cossette, L. (2013). La différenciation psychologique des sexes. Dans L. Cossette (2013) (dir). Cerveau, hormones et sexe, des différences en question (p.27-45). Montréal, QC : Les Éditions Remue-Ménage.


Cossette, L. (2013). Cerveau, hormones et sexe, des différences en question. Montréal, QC :

Remue-Ménage.


Côté, I., Bouchard, G. Charlebois, J. (2016). De l'intervention à l'action : nouvelles avenues d'inclusion des communautés LGBTQI. Nouvelles pratiques sociales. 28(1), 66-86


Dorais, M. et Breton, S. (2019). Nouvelle éloge de la diversité sexuelle. Montréal: VLB Éditeur.

Fadoul, M. et Baril, Alexandre (2021). Travail social et interventions transaffirmatives auprès des jeunes. Dans A. Pullen Sansfaçon et D. Medico (dir.), Jeunes trans et non binaires. De l’accompagnement à l’affirmation (p. 159-176). Québec, QC : Les Presses de l’Université Laval.


Gouvernement du Québec (2022). Trousse sur la violence conjugale - De quoi parle-t-on?



Macé, E. (2010). Ce que les normes de genre font aux corps /ce que les corps trans font aux normes de genre. Presses Universitaires de France, sociologie, 2010/04, 1, 497-515


Meyer, E. et Pullen Sansfaçon, A. (éd.) (2014). Supporting Transgender and Gender Creative Youth: Schools, Families, and Communities in Action. New-York, NY : Peter Lang Inc.


Pullen Sansfaçon, A. et coll. (2013). Garçons princesses, filles transgenres, jeunes altersexuels.

Projet de recherche en action sociale. Éduquer son enfant créatif sur le plan du genre dans la

société d’aujourd’hui. Montréal, QC : École de travail social


Seager, J. (2019). L’Atlas des femmes, Paris, France : Robert Laffont


Vidal, C. (2012). Cerveau, sexe et préjugés. Dans L. Cossette (dir), Cerveau, hormones et sexe : des différences en question Montréal : Les Éditions du remue-ménage. 11-28.


Wittig, M. (1980). On ne naît pas femme. Questions féministes, 8, 75-84.


Wittig, M. (1980). La pensée straight, Questions Féministes, 7, 45-53


Erving Goffman, Claude Zaidman (sous la dir) et Hervé Maury (trad), L'Arrangement entre des sexes, La Dispute, 2002, 115 p.


Monique Wittig, La Pensée straight, Balland, coll. « Modernes », 2001, 157 p.


Marc Angenot, La Parole pamphlétaire. Contribution à la typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982, 425 p.


Karen Stenner, The Authoritarian Dynamic, New Jersey, Cambridge University Press, 2005, 392 p.


Sous la direction de Denise Medico et Annie Pullen Sansfaçon, Jeunes trans et non-binaires : De l’accompagnement à l’affirmation, Montréal, Éditions du Remue-Ménages, 2021, 384 p.




31 vues0 commentaire
bottom of page