• Tommy Gaudet

Lufia 2, parapluies et parfums

Mis à jour : 30 nov. 2019

On s’entend, ceux qui ont jadis commencé à faire des podcasts ne l’ont pas fait pour cause de normalité excessive. C’est pour ça que beaucoup de podcasts, surtout les vieux comme le nôtre, sont animés par des marginaux et traitent de sujets pointus, voire particuliers. Ça va expliquer ce qui suit.

Juste ÉPIQUE.

Cette semaine, pour la première fois de ma vie, je me suis rendu à l’étage 99 ET J’AI VAINCU le ANCIENT SLIME du Ancient Cave de Lufia 2.

Une espèce de jeu dans le jeu dans lequel on recommence au niveau 1 et on plonge vers le 99e sous sol d'un dongeon en ayant que le contenu des coffres qu’on ramasse et 10 potions au début pour vaincre certains des monstres les plus difficiles du jeu. Je pense à toi, Gold Dragon!

Ce défi, qui aura été tenté par plusieurs, fait sacrer l’entièreté et transformé en héros des champions une fraction de fraction de fraction des appelés, je peux maintenant le transformer en histoire de victoire: je l’ai fait.

J’aimerais remercier mon émulateur, les saves states, la patience et vous tous, qui allez oublier cette dernière phrase quand vous verrez les étoiles dans mes yeux de gars qui vous explique tout ça en détail.

C’est important d’avertir ici que… si tu pensais que n’importe qui qui te raconte une quête de dongeon dans laquelle t’a pas joué c’est platte, attends d’entendre parler du ANCIENT CAVE de Lufia 2 au SNES.

Merci.


Parapluie et coupes de cheveux


Sinon, je veux parler de quelque chose que j’ai croisé plusieurs fois en ville ces dernières semaines. On a l’hiver plutôt humide cette année, alors y’a une facette des gens qui ressort, et ça en est dangereux.

Par applaudissement, qui se dit ne PAS être superficiel?

Je ne me suis jamais servis de ça de toute ma vie.

Bin, y’a une facette qui semble immunisée à ce constat. Comme si on pouvait tous ne pas être superficiels, sauf que là, voyons y’a des limites, à ÇA faut faire attention vraiment beaucoup et c’est au-delà de la portée du sens du mot 'superficiel'.

Pourtant, investir dans une coupe de cheveux et faire sûr et certain que c’est optimal et à notre goût à chaque fois qu’on interagit avec de la viande parlante c’est pas mal aussi superficiel que de juger le caractère de quelqu’un au travers de sa coupe de cheveux.

Et comme l’hiver est humide, ça devient primordial de protéger sa personnalité des intempéries. Mes cheveux mouillés, NON!!! Criss, logique, je ne suis pas superficiel, mais je mets 15 minutes là dessus chaque matin, je veux pas avoir l’air cave!

Le moyen de prédilection des gens au centre-ville pour se protéger la peignure, et par une très grande marge, c’est le parapluie. Maintenant, les buildings très hauts du centre-ville concentrent le vent dans leurs sillons, ce qui fait qu’ensuite les gens doivent marcher avec leur parapluie, protecteur de leur coupe de cheveux super importante, plus bas pour couper le vent et empêcher que le sus-mentionné outil ne se revire d’un coup sec.

Homme d’affaire délicat ou femme d’affaire pressée, quand tu marches avec ton parapluie baissé, bin t’es mieux de pas prendre le milieu du trottoir en ignorant le fait que pour tes cheveux, tu t’es armé de la meilleure arme anti-globe oculaire que la civilisation ait créé.


Les parfums


Au final, j’aimerais vous faire vivre une trail de pensé qui me semble pas mal logique.

Tsé, les odeurs, c’est très subjectif. Y’en a qui trouve que les fraises ça sent bon, d’autres non. Et y’a aucune manière de décider qui a raison vu que c’est totalement subjectif.

Autre aspect des odeurs, c’est qu’on s’y habitue. Peut-importe la noséabondance, le temps va faire qu’on va s’habituer à une odeur constante.


Ça peut être la réponse à n'importe quelle odeur.

Maintenant, les gens qui portent du parfum choisissent un parfum qui leur ressemble - lire: que eux trouvent que ça sent bon.

C’est subjectif, ton odeur vanille mentholée je suis totalement en droit de trouver que ça sent le cadavre d’espoir. Mais bon, t’as décidé de mettre du parfum pour annoncer ta personnalité et t’en as choisi un duquel t’aime l’odeur.

Mais les odeurs, on s’y habitue. Et tu mets ton parfum chaque jour. Et tu veux continuer à le sentir, parce que t’en aime l’odeur…Faque tu commences à en mettre plus. Pas beaucoup plus, juste assez pour que tu sentes l’odeur que t’aimes de la même force que tu la sentais hier.

Pis là, quelques années plus tard, t’es un nuage de poison que t’impose à tout le monde.

Si ça ce n’est pas égoïste, le Petit Jérémy est un culturiste.

© 2020 h2owebmedia.com