• nathanomorin

Black Fire


On débute le marathon de Teddy Page du 28 janvier avec un film qui promet Jim Gaines.

Suite à une séquence d'intro ''d'infiltration'' de camp militaire placé dans un pit de sable, Romano Kristoff se découvre une propension aux flashbacks de ninjas de son enfance. De retour au camp, il en parle à son ami Jim Gaines, dans le rôle de Jim, et ça s’embourbe ensuite dans une litanie de passes de bureau liées à un sombre complot de vente d'arme et de nous faire trouver le film plate au final. Heureusement que l'acting de Romano crève l'écran! Lui qui se fait mouiller de plusieurs façons dans le film (chaudière, boyau d'incendie, waterboard, dans un baril, débute le film sous l'eau à respirer dans un bambou...) Y'a aussi une scéance de torture de plusieurs minutes qui était en entier dans l'autre film de 1990 de Teddy Page avec Romano Kristoff. Même chose pour la séquence du combat sur le train vide. On est pour le recyclage du côté Pagéen! C'est l'usuelle inaptitude unique et aseptisante de Page, avec un extra trame sonore plus cheapette que d'habitude et de l'acting Kristoféen à son mieux. Dommage que le milieu ait été autant dans des bureaux, on aurait eu un Petit Jérémy sur une balançoire de film divin. C'est juste un calice de bon film finalement...


Moins 7,3

0 vue0 commentaire