• Tommy Gaudet

Discours d'INtroduction au Mercronspi 31, 5 mai 2021

Je crois que le Québec vient de vivre un moment très analogue à ce que les américains ont vécu le 6 janvier dernier, lors de la ‘révolution’ orchestrée par President Spanky.

Je crois que la majorité qui se gardait d’avoir une opinion sur la mouvance complotiste s’est rendue compte qu’elle allait devoir s’exprimer. Les lignes ouvertes ont débordées, plusieurs gens sont venus prêter main à la pâte sur les RS, transformé en véritable champ de bataille par la désinformation odieuse répandue par les gourous et, SURTOUT, bravo à tous les membres du personnel soignant qui ont fait savoir leur opinion par rapport à cette montée néfaste des idées creuses qui s’est incarnée en un samedi que je ne veux jamais revivre. La grosse majorité des gens sont avec vous.

Pour ma part, j’ai fait un saut. Avec le Match des Étoiles qui a fait fermer le plus gros centre de vaccination en province et Mireille Rose qui demande en riant la pendaison de tous les élus, j’y vais moi aussi all-in. Si avant l’analogie idéale de la mouvance complotiste se voulait être un enfant turbulent sur le siège arrière de la voiture du Québec qui a voté pour que ce soit Legault qui conduise, je ne vois plus beaucoup de nuance entre les gourous conspis les plus saucés et les radicalisés religieux avec des guns et qui brandissent des écrits religieux en appelant à l’exécution des impies.

La manif de samedi, le match des étoiles de la Ligue des Manifestations de Montréal et duquel on va amplement discuter ce soir, est le premier acte de conspirorisme de la province. Y’en a certainement eu d’autres, mais avant samedi, j’avais pas encore besoin de ce mot.

Appeler à l’amour en partageant un virus mortel, gueuler à la dictature en envoyant chier des policiers qui avouent ensuite avoir eu trop peur pour agir efficacement… Il ne nous reste collectivement que la honte et, oui j’insiste, la responsabilité d’être associés à ça.

À mon sens, les entrevues au JE majuscule, la négation du consensus, la peur d’un remède inoffensif et payé par l’état, l’adulation de vedettes humides et flasques, la récupération politique, le Match des Étoiles a été une des plus difficile journée de ma vie. Je n’ai jamais été très fier d’être québécois. Et bien samedi je n’avais jamais eu autant honte de l’être que depuis quand l’Heure JMP était la révolution culturelle de la province.

C’est pourquoi, plus que jamais, il est important de souligner que ce n’est pas en étant violent et mesquin envers les gens prient de dérives qu’on va passer au travers de tout ce qui se passe. Mon truc à moi, contrairement à la victimologie crasse démontrée par tout ce qui est leader conspi, c’est la responsabilisation.

Ce qu’on a vu samedi, c’est la plus fantastique faillite institutionnelle de ce côté-ci de la frontière. J’en ai assez de prendre pour la police dans les manifs, j’en ai assez d’avoir à défendre TVA, mais tout ça, les conspis et le reste, nous l’avons tous vu venir.

À force de laisser les médias nous parler de chats mort ou crier au loup pour rien; à force de permettre au système financier de s’approprier toutes les discussions pour finalement faire de chacun de nous des numéros; à force que les lignes de parti soient venues prendre la place des idées des gens qu’on élit, à force de laisser le lobbyisme et le népotisme aller, à force d’accepter que de connaitre la composition des trios du canadiens soit considéré comme de la culture… La légende, le courage: un camion.

Ce qu’on a vécu collectivement samedi, c’est de notre faute à tous. Oui, c’est plus de la faute à certains, surtout de la faute des comptables fame-drunks Pilon et Grenier, mais c’est un peu de notre faute à tous.

Ce consensus dans lequel est ancré nos libertés et notre confort pharaonesque qu’on prend pour acquis n’a, à mon sens, jamais été si ouvertement et stupidement attaqué. Alors si on veut collectivement que ce genre de dérapage ne se reproduise pas, eh bien il va falloir s’armer de patience et vraiment revaloriser les fondements de nos institutions, en particulier, oserais-je, infirmières et institutrices. Ou au masculin si vous aimez mieux.

J’ai la conviction que, sur le long terme, de l’éducation publique accessible et de qualité, c’est la solution à tout ça. En attendant, je crois que les raisonnables ont le devoir de poser des questions aux gens épris de dérives et de faire leur possible pour faire circuler des informations simples et évidentes comme ‘les vaccins anti-covid sont la voie la plus sûre et rapide pour nous sortir de tout ça. Aller faire fermer le plus gros centre de vaccination en province en venant chercher du covid frais en autobus depuis les régions ne font pas parti d’aucun plan intelligent.

Sauf peut-être pour les comptables qui organisent des manifs et qui reçoivent plus de 40 000$ en dons à faire miroiter des espoirs qu’ils n’ont aucune manière de livrer. Je vais ici déborder un peu de mon lexique et je suis certain que vous allez me pardonner, mais Samuel Grenier et Daniel Pilon, pour le restant de vos vies vos noms vont être associés à la plus grosse faillite institutionnelle de la province. Samuel Grenier et Daniel Pilon, vous êtes des nonos.

La formule commence à se définir et on va débuter le show avec quelques updates sur la situation covid ailleurs sur Terre. Cette semaine, Big Gates et Melinda ont décidé de pu être mariés, on va jaser ceinture de sécurité, faire un tour via Twitter pour explorer cet univers moins connu sur lequel trône la très saucée Genevieve Sénécal, du Jacinthe tout frais et croustillant de bêtise, du Lin Wood HAUTEMENT dément. On a un sacré gros dossier de la LMM qui implique bien entendu le Match des Étoiles, mais également plusieurs matchs d’Amalega et Zurlu et un détour à Sherbrooke ou le Mobilisé au Gilets Jaunes va récolter ce qu’il a semé...

Comme j’ai beaucoup de photos cette semaine, j’ai mit sur shuffle toute mes mp3 de Castlevania.


9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout