• Tommy Gaudet

Mercronspi 62, - éditorial rétrospective annuelle avec Guiz et premier bloc photos, 2021-12-

VERSION CLIP: Mercronspi 62, extrait - éditorial rétrospective annuelle avec Guiz et premier bloc photos, 2021-12-08

https://youtu.be/8nvQrHyr1c8



https://covid19resources.ca/public/ressources-sur-les-vaccins-et-contenu-partageable/


https://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2021/12/03/confiance-science-favorisee-pandemie


https://www.quebecscience.qc.ca/sante/retour-developpement-vaccins-histoire/


Bon, finalement semblerait que je reste sur mon Facebook perso. Cunégonde Blais est aussi passée par le processus d’envoyer une photo de son permis de conduire à Facebook. Procédure normale… Ça doit bin avoir solidifié mon éditorial reconnu par la machine… Pour dire vrai, je considère comme un point moral important le droit de pointer la bullshit du doigt sans avoir à se cacher, sans avoir à passer par une entitée qui ‘parlerait à ma place’.

Faque, à suivre pour l’instant…


Ensuite, bien que l’on soit rendu au 62e Mercronspi, philosophiquement, je considère que ça fait une année. Ceux qui me connaissent depuis une tranche et qui savent comment je vis mon anniversaire ne seront pas surpris d’apprendre le soin que je mets dans mon intérieur fort à faire des réflexions annuelles.


Je parle au ‘JE’ sans prétendre avoir tout inventé ou être à la source de quoi que ce soit. J’explique mon train de pensées qui avance depuis une année.


Depuis une année que je me suis impliqué dans cette discussion à portée socio-culturelle et politique; depuis une année je défends une entitée floue et changeante que j’ai opté pour appeler le consensus, depuis une année qu’une curiosité que je vivais en privé est maintenant admise en public, depuis une année que je rencontre différents spécialistes et personnes pour tenter d’étoffer mes connaissances à propos d’un sujet qui me passionne depuis toujours: la #realitay.


Et, à part Martin Geoffroy, je suis heureux de mentionner que tout le monde avec qui j’ai parlé qui sont du côté du consensus sont super sympathiques.


Je suis content à tendance fier de comment j’ai procédé pour développer ma compréhension de ce propos. En rétrospective, je crois que ce fut une excellente manière de procéder que d’impliquer différents psychologues, pharmacien debunker, spécialistes en communication, médecins, chercheurs, grand bonze de l’Agence Science Presse, un extrême centriste déluré, des scientifiques de tous horizons, des musiciens, des journalistes, d’anciens complotistes et même des gens encore prit de dérives… Toutes sortes de personnes qui m’ont aidé à faire évoluer ma compréhension de la situation et les implications liées aux dérives carburées à la #realitay laissée sans contrôle.


Je n’ai pas les diplômes des pros, sûrement pas les connaissances et les mots non plus, mais tous, même Martin Geoffroy, ont participé à développer cette première ébauche de conclusion qui s’en vient dans quelques mots.


Je crois que ma méthode, et par extension une attitude que je crois être en train de recommander à tous, est d’être agnostique prosélyte face aux croyances.


Selon Wikipedia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Agnosticisme) les agnostiques s’accordent pour dire qu’ il est impossible de trancher le débat sur l'existence d'un dieu ou d'une divinité, il n'y a aucune preuve définitive sur le sujet et il n'est pas possible de se prononcer.


Oui, l'agnosticisme fait habituellement référence à Dieu et à une position qui réfère à une certitude qu’on n’est pas équipé pour avoir de certitudes dans ce dossier.


C’est pas supposé être grave ou de devenir un débat de société les affaires auxquelles tu crois. Tout ce qui relève du monde des croyances mérite que tu te garde au moins un oeil sur la porte de sortie écrit ‘On s’en calice/je connais pas ça’ dessus.


C’est sûr que ça devient rapidement moral et que ce propos vit moins bien dans les extrêmes, mais je crois que toutes idées qui n’offre pas la chance aux gens de s’en calicer changent de catégorie et provoque une autre discussion, pis j’ai hâte d’écouter des clips, faque gobez tout pour l’instant pis vous m’aiderez à améliorer mon opinion plus tard.


Mon entretien préféré et celui auquel je repense le plus souvent a été le Tour d’y Voir 12, avec Christian Désilets, spécialiste de la Communication de l’Université Laval (https://youtu.be/hUkHP0QPVQI).

Je le dis souvent, moi c’est l’angle culturel qui m’intéresse dans les dérives et ce qu’elles provoquent. Christian a très habilement parlé des dérives en usant de l’angle culturel, et une des leçons qu’il nous a passé c’est de dédramatiser.


Et l’agnosticisme c’est un peu ça. C’est de pas savoir et de respecter ce fait. De reconnaitre qu’on n’est pas au courant de tout, d'accepter que peu importe notre opinion à propos d’un aspect de la #realitay, personne n’a jamais 100% raison. Pis tsé, avoir 99% raison c’est correct pour avancer aussi là…


Peut-être qu’être agnostique prosélyte c’est de tirer les gens vers le centre et d’être à l’aise avec les inconnus…


T-ka, on tend maintenant vers un concept qui réfère aux débuts de la philosophie écrite, la double ignorance de Socrate… Y’a des gens mieux équipés que moi pour vous parler de ça.


Là, ce que je fais, c’est vous exposer à frette une position que j’ai encore de la difficulté à expliquer.


On en parlera une autre fois, en attendant, si c’est Dieu ou Ashtar Sheran qui gère l’après-notre-vie, le simple fait qu’aucun humain n’a le pouvoir spécial de savoir la réponse à cette question dévalue un peu la portée de la question et ramène à ma religion à moi: le Pastafarianisme. Dieu existe peut-être, pis si il existe, pourquoi il pourrait pas être un lunch?


Faque si quelqu’un part en peur avec une certitude invérifiable, essayez de dédramatiser la situation. Soyez prosélyte agnostique, rappelez-lui diplomatiquement que c’est fair qu’autrui s’en calice. Qu’il a le devoir de laisser aux gens à qui il parle une zone raisonnable au sein de laquelle on peut continuer à jaser, mais pas de ‘ça’, parce qu’on s’en calice de ‘ça’.

Ou pas, tsé, peut-être je me plante aussi…


-=-=-=


Mesdames et messieurs! C’est le retour de Jacinthe Bélanger! Elle va nous occuper près de 40 minutes en deux clips ce soir alors qu’elle préparait son importante méditation au parlement du 4 décembre dernier. Un gros bloc de nouvelles sur Omicron, Amelie recoit Gilles Bellerose qui nous explique pourquoi il a perdu sa chaine YouTube et, avec Mel Goyer, les trois vont développer de la grosse croute. Alexandre Humain fait parler de lui, Le 3e épisode de Call Back, contre toutes attentes Romana Didulo est en train de percer au Québec, un remède mésestimé sur les bobos dans les yeux. Spoiler alert, c’est de la pisse, du Daniel Tadros, pas mal de News à l’internationale, un très dense bloc sur les matchs de LMM de la fin de semaine et pour clore le tout, un montage Helga sur Anal Information et un 30 minutes de Julie Skeye qui reçoit Ginette, québécoise qui se nourrit de Prana…


69 vues0 commentaire