• nathanomorin

Martial Law 2: Undercover / La Loi À Mains Nues 2


Un excellent film de Jeff Wincott

USA, 2 flics seuls contre tous. L’égraissage sans fin. Jeff Wincott et Cynthia Rotrock en ont vraiment perdu des calories à défoncer autant de faces avec leurs talons. À noter : la bataille de bar durant l’après midi, Wincott contre un bar ça, ça fait mal. Bravo à Billy Drago qui nous offre de l'égal à lui-même, une vraie de vraie excellente source de questions solides. Bravo à Jeff Wincott et Cynthia Rotrock qui en ont perdu des calories à défoncer autant de faces avec leurs talons. Vous voulez voir Martial Law 2 parce qu’il y a des batailles tout le temps. Dans le dojo, au poste de police, dans le métro, en attendant l’autobus, dans un bar un avant midi comme les autres et, bien évidemment, une bataille entre notre héros qui tente de s’infiltrer et tout un bar l’après midi suivant. La Loi à Mains Nues, une excellente source de vitamine Evan Lurie, Billy Drago, Cynthia Rothrock et Jeff Wincott. Plusieurs petits détails douteux dans le long métrage de ce soir. On va parler de deux phénomènes récurrents à l’univers que nous étudions chaque lundi. Tout d’abord, le héros va vouloir poursuivre une quête de vengeance personnelle pour venger la mort de son copain qu’il a revu pour la première fois en plusieurs années au début du film. Rien de nouveau jusque là, c’est plutôt au niveau des moyens que le film va mettre à sa disposition que l’on touche un point sensible : les enquêtes à coups de cartons d’allumettes. Disons que l’on suit les aventures d’un inspecteur qui, à cause d’une impression, recherche des indices sur la mort de son partenaire…fouillez dans vos mémoires et confirmez moi le fait que vous avez déjà vu un tel inspecteur tomber sur un carton d’allumettes menant à la prochaine étape de l’enquête. Oui, tout le monde a déjà vu ça. Le carton d’allumettes, avec son confrère le tatouage, est à la source directe de la grosse majorité d’enquêtes personnelles de flic vengeur menacé de retourner à la circulation. Ce sera la même chose ce soir, le Club Syntax étant la tanière des méchants et le carton d’allumettes se retrouvant mystérieusement sur le banc du véhicule du policier à venger. Donc on vient d’apprendre un nouveau concept : l’enquête à coup de carton d’allumettes. Encore une fois, l’enquête à coup de tatouage fait partie de la même famille. Autre concept passablement et factuellement insultant : la réutilisation. Dans le film de ce soir, La Loi à Mains Nues 2, on va y avoir droit en sapristi! Réutilisation de séquences visuelles et de trame sonore. Vous remarquerez ce simple phénomène douteux dans tous les combats du long métrage qui va suivre, et des combats y’en a un bon lot... Nul réel besoin de développer sur l’insulte résultante de cette méthode puisque les relents de cheapness qui s’en dégagent provoqueront des murmures d’insatisfactions partout dans la salle… Pour parler un peu du dit film; vous serez content de retournez au pays de la tappe sua yeule en compagnie d’Evan Lurie, dans un de ses rares rôles pas en cyborg, Jeff Wincott, le canadien qui s’est remis debout en une toune dans l’autre film, Billy Drago, le capitaine de police standard, Cynthia Rothrock, la Diva du Douteux. Si la première demie du film vous promènera dans divers passes de bureaux assommantes entrecoupées de combats imbéciles, la deuxième partie du film est plutôt une litanie de combats imbéciles entrecoupés de passes de bureaux assommantes. Et si je vous dit que le combat final a lieu dans une usine désaffectée, qui est surpris? Et si je vous dis que dans le fond, Billy Drago est à la solde des méchants, qui est surpris? Donc, au lexique d’aujourd’hui on rajoute : l’enquête à coups de cartons d’allumettes ou de tatouage et de bons exemples de réutilisations… N’oubliez pas d’aller voter, la semaine prochaine on vous offre deux longs métrages du passé qui ont jadis fait fureur : Arcade, le jeu vidéo Robin et Stellesque meurtrier ou Force-T avec Evan Lurie en cyborg qui baise.


Moins 7,47

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout